Henri Girard
Auteur de romans et de nouvelles

Une lettre de protestation contre l’invasion par des vocables anglo-américains des chaînes de télévision et de radios a été adressée par Défense de la langue française (DLF) et Avenir de la langue française (ALF), avec l’appui de nombreuses autres associations, à la présidence de France-Télévision.

La lettre est restée sans réponse…

Rappelons quelques-unes des demandes de suppression des désignations anglaises par des termes français :

— La suppression des marques Pluzz, Cash investigation et Culture box.

— L’arrêt de l’emploi des noms d’émissions telles que : Mon food truck à la clé, La grande battle, Le grand show, Riding zone, Le pitch, Le best of du concours de l’Eurovision…

— Le remplacement de tous les termes en anglais sur les sites Internet : live, newsletter, e-mail, cookies, replay, playlist, etc.

— Le retour aux titres en français des émissions ou séries comme Secrets and lies, Private practice, etc.

Ces demandes n’auraient pas lieu d’être si le cahier des charges (article 39) était respecté et, plus généralement, la loi du 4 août 1994 dite loi Toubon. Mais nous en sommes loin !

« Entre le fort et le faible, entre le riche et le pauvre, entre le maître et le serviteur, c’est la liberté qui opprime et la loi qui affranchit » disait Lacordaire. Mais que dirait aujourd’hui ce grand prédicateur quand la loi n’est même plus respectée par les plus hautes instances de l’État, quand la seule loi qui triomphe est celle des affaires, celle du fric ?

Jusqu’à quand laisserons-nous faire ?