Henri Girard
Auteur de romans et de nouvelles

papeOn me dénigre, on me blâme, on me couvre d’opprobre, on me voue aux gémonies. On dit de moi que j’abêtis les foules de sept à soixante-dix-sept ans. On me taxe de misogynie, d’infantilisme, d’anormalité, d’immoralité. On me reproche d’allécher le chaland avec des slogans ringards, des arguties, des coquecigrues, des calembredaines, des contrevérités éhontées, des allégations mensongères. Parfois même on m’inflige des avanies, on m’agonit d’injures carabinées, on m’affuble de détestables sobriquets : bachi-bouzouk, ectoplasme, anthropopithèque… Je serais le nervi, l’homme lige d’une entreprise de décérébration qu’on voudrait expédier ad patres.
Quel ostracisme ! Quelle acrimonie à mon encontre ! Pourquoi tant de haine pour tout au plus des peccadilles ? Quoi ? Il eût été malvenu de vanter les formes et performances d’un coupé allemand ou d’un quatre-quatre nippon en leur associant une myriade de vénus callipyges ou une kyrielle de beautés lascives ? Quoi ? Il eût été incongru qu’un acteur de renommée, célèbre mais bouffi, nous invitât à nous repaître de yaourts qui annihileraient sur-le-champ notre excès de cholestérolémie ? Quoi ? Notre invite faite à la ménagère de moins de cinquante ans d’utiliser une lessive perspicace, dotée d’enzymes clairvoyants et qui sauront dissoudre les taches avec discernement, serait du blablabla ?
En mon for intérieur, au tréfonds de moi-même, je déplore que tous ces griefs, ces attaques, fassent peu de cas de ma morale, de ma déontologie. Non plus que de mon talent! Oui, n’en faut-il pas de l’imagination pour faire jaillir du coaltar du quotidien le scintillement créatif, pour extraire de la glaise informe du néant l’idée qui multipliera la vente du papier toilette molletonné, des croquettes pour bouledogues, des décoctions qui amincissent, des déodorants aussi aphrodisiaques qu’un philtre ?
J’évoquais mon talent. Prenons garde de ne pas omettre mon génie et, pour conclure, de souligner que je ne serais rien sans mon inoxydable modestie.